top of page
Rechercher

Les lits froids sont beaucoup trop chauds

NZZ, 24 November 2019


Dans les appartements de vacances, le chauffage fonctionne alors que personne n'est là. Une étude montre désormais comment les propriétaires peuvent économiser des coûts énergétiques. (Un article de la NZZ du 24 novembre 2019)


Un projet pilote mené dans le canton du Valais a montré que la plupart des types de chauffage peuvent être contrôlés à distance avec un faible investissement : Zermatt. (Source : NZZ)


Même pendant les absences prolongées, le chauffage de la plupart des résidences secondaires n'est que légèrement baissé, voire pas du tout, car les propriétaires se retrouveraient sinon dans un appartement froid lors de leur prochaine visite. Cela doit maintenant changer - grâce à des appareils télécommandés qui, par le biais d'une application, remettent le chauffage en marche à temps, dès que l'arrivée des hôtes est confirmée.


Après un essai pilote dans le canton du Valais, "Energie Suisse", soutenue par l'Office fédéral de l'énergie, lance un programme d'abord prévu pour quatre ans et portant le nom accrocheur de "Make Heat Simple". La nouvelle plateforme "Fais chauffer simplement" devrait contribuer de manière significative à la réduction des émissions de CO2 par le secteur du bâtiment. Les auteurs de l'étude estiment que le potentiel d'économie de CO2 est considérable.

Utilisation facile

L'objectif est d'installer des appareils de commande simples dans le plus grand nombre possible de logements temporaires. Les appareils peuvent être commandés à distance, en général via un smartphone. Un projet pilote mené dans le canton du Valais a montré que l'adaptation de la plupart des types de chauffage courants ne posait aucun problème. L'utilisation des appareils est devenue un jeu d'enfant.


Selon l'étude, l'investissement correspondant, qui se situe entre 500 et 2500 francs selon le produit, est également amorti en très peu de temps en raison des économies possibles. Cela a pu être prouvé par des données de mesure correspondantes dans des chauffages de résidences secondaires. Malgré les nombreux avantages, de telles commandes à distance ne sont aujourd'hui utilisées que dans à peine 2% des résidences secondaires du pays. "Une enquête a montré que cela était essentiellement dû à la peur d'installations prétendument complexes et coûteuses et, d'une manière générale, au fait que ces systèmes ne sont pas suffisamment connus", explique Patrick Kutschera, directeur d'Energie Suisse. C'est pourquoi la plate-forme www.makeheatsimple.ch propose non seulement un calculateur permettant de calculer la durée d'amortissement, mais aussi une fonction de recherche permettant de trouver rapidement un installateur local.


On estime à environ 700 000 le nombre de résidences secondaires en Suisse, une grande partie des logements à usage touristique datant des années soixante et soixante-dix du XXe siècle. Elles sont souvent mal isolées et beaucoup d'entre elles nécessiteraient un assainissement énergétique urgent. Il serait même souvent plus judicieux de les démolir et de les reconstruire. Mais cela n'est que rarement réalisable, surtout dans les immeubles collectifs en copropriété. Les logements de vacances occupés par leurs propriétaires restent vides la majeure partie de l'année, mais sont souvent chauffés pendant les mois d'hiver afin d'éviter les dégâts dus au froid. Même pour les résidences secondaires louées, la moyenne annuelle d'occupation dépasse rarement 60 jours. Contrairement aux bâtiments habités en permanence, l'incitation à la rénovation énergétique est donc moins forte pour eux.


Une grande partie des bâtiments datant de la phase de boom sont encore équipés de chauffages au mazout, qui représentent la majeure partie dans toutes les régions de vacances. Les énergies renouvelables telles que les pompes à chaleur et les installations solaires ne sont utilisées que dans les bâtiments les plus récents, dont la construction a fortement diminué depuis l'adoption de l'initiative sur les résidences secondaires.

Les directives sont rarement appliquées

Aujourd'hui déjà, les modèles de prescriptions des cantons dans le domaine de l'énergie prescrivent la régulation à distance des chauffages dans les nouvelles constructions de résidences secondaires. Les entretiens menés avec des électriciens et des chauffagistes dans le cadre de l'étude de l'OFEN auraient toutefois montré "que cette obligation légale n'est pas connue de nombreux planificateurs, ingénieurs, maîtres d'ouvrage, gérants d'immeubles, mais aussi installateurs, et qu'elle n'est donc souvent pas appliquée".


Il s'agit donc maintenant d'inciter les administrations et les propriétaires d'appartements à installer ultérieurement de telles télécommandes en leur faisant miroiter des frais d'entretien réduits. Étant donné que les propriétés de vacances comportent généralement moins de sources internes d'humidité telles que les plantes d'intérieur, le risque de problèmes de condensation et de moisissures est considéré comme faible, même si la température est abaissée à 6 °C pour les maisons individuelles et à 12 °C pour les immeubles collectifs. Techniquement, toutes les installations de chauffage, à l'exception du chauffage au bois, peuvent être contrôlées à distance.


En fait, de nombreux propriétaires réduisent déjà manuellement les températures pendant leurs absences prolongées. Si un plus grand nombre d'entre eux le faisaient et avec une commande à distance, le potentiel d'économie serait considérable. En abaissant systématiquement la température ambiante, on obtient tout de même 2100 gigawattheures d'énergie. Pour le porte-monnaie, les économies de chauffage s'élèveraient chaque année à plus de 200 millions de francs.



コメント


myTEMSmartHome_Logo_Startseite_neu_edited_edited.png
bottom of page